S’il n’y a pas l’expression, il ne reste que la « pression »et l’on peut s’illusionner « d’impression ».
Si l’on ne répond pas au besoin, à la nécessité, d’expression (écrite, verbale, corporelle, artistique, etc.…), elle se fige à l’intérieur de nous et,
au fil du temps, elle grossit, elle grossit.
Ainsi elle va nous oppresser, faire pression au sens propre et au sens figuré.
Cette pression peut user de stratagèmes pour ne pas s’éteindre : elle peut faire impression, elle peut nous donner l’impression…
Donc, n’oublions jamais :
« L’expression est sacrée ! »

Jacqueline Lussan